LA MANUFACTURE DE LUNÉVILLE SAINT-CLÉMENT

Communément appelées Lunéville et Saint-Clément, ces deux maisons sont les héritières de la faïencerie de Lorraine. Fondées en 1748, les faïenceries de Lunéville sont aujourd'hui le symbole d'un savoir-faire ancestral Lorrain.

fabrication-assiette-faiencerie-luneville
Manufacture de Lunéville St-Clément

Des Manufactures Royales :

La Lorraine, une terre faïencière par excellence. Tout commence avec (Jean)-Jacques Chambrette père, maître faïencier, qui crée pour le compte du Comte de Fontenoy une première faïencerie à Champigneulles, en Lorraine. Son fils, alors établit à Lunéville, deviendra par la suite fournisseur de la Cour.

Jacques Chambrette va alors mettre au point la technique de la Terre de Lorraine (avec du phosphate de chaux), qui donnera cet aspect bien connu d’une faïence fine et blanche proche de la porcelaine. Le succès ne se fera pas attendre, l’entreprise se développe avec l’autorisation du Roi Stanislas Leszczyński, qui lui permettra d’avoir un accès illimité à sa matière première. 200 personnes travaillent à la manufacture.

Par la suite, Jacques Chambrette crée une seconde manufacture à Saint-Clément vers 1756.

La cour de Lunéville fera ainsi appel au service de Jacques Chambrette, au milieu du XVIIIe siècle. La faïencerie est élevée au rang de manufacture royale. Les effectifs sont alors de l’ordre de 250 ouvriers.

À la mort de Jacques Chambrette, la relève sera assurée par sa femme, son fils, et son gendre. Les années suivantes seront difficiles, conjuguant la mort de Stanislas en 1766, mésententes familiales. Le déclin des deux faïenceries sera stoppé par la vente judiciaire en 1785. Elle sera rachetée par Sébastien Keller et Jean Alexandre Cuny.

Jean Alexandre Cuny cédera ses parts à Claude Drouin, maire de Lunéville, qui les cédera à son tour le 20 mars 1793 à Sébastien Keller.

L’arrivée de Sébastien Keller va donner un élan nouveau à la faïencerie de Lunéville. Un homme très actif, dévoué à son entreprise. Les productions seront alors variées et d’une très grande qualité.

Son fils, Sébastien Auguste, reprendra l’affaire à la mort de son père en 1829. Ce n’est qu’en 1832 qu’est citée pour la première fois la société Keller et Guérin

Ainsi, la société prendra le nom de Keller et Guérin jusqu’en 1923. On retrouve ainsi cette signature sur les articles de la manufacture.

Artisan de la faïencerie de Lunéville

L'association Keller et Guerin :

A partir de 1832, la société prend la dénomination de Keller et Guérin et si l’appellation reste jusqu’en 1923, les hommes changent et l’on peut distinguer au cours de cette longue période une demi-douzaine de sociétés où se succèdent les membres d’une même famille. Mariages, décès, héritages font intervenir dans la gérance frères, beaux-frères, cousins, oncles, certains n’ayant que quelques parts sociales et n’étant de ce fait pas actifs dans le fonctionnement de l’entreprise.

À la suite de la première guerre mondiale, l’entreprise se remet à flot en retrouvant sa production d’avant guerre.

En 1923, la faïencerie passe entre les mains d’Edouard Fenal, fils du fondateur des faïenceries de Badonviller.

decorateur-sur-faience

Le duo père et fils (Bernard Fenal) va ainsi prospérer. Les faïencerie du groupe « SA Faïenceries de Lunéville Badonviller Saint-Clément » se développent pendant l’après guerre. La deuxième guerre mondiale freine la vie du groupe, mais l’entreprise reprend dès 1945 sa pleine activité.

1100 salariés produisent alors les faïenceries en 1949. L’entreprise décide alors d’augmenter sa production en développant un de ses deux facteurs de production, le capital. Ainsi, elle acquiert un four à biscuit de 93 mètres de long et un four à émail de 70 mètres.

manufacture de Luneville histoire

Les difficultés de la faïencerie de Lunéville :

Malgré un effectif en croissance entre 1949 et 1954 (+100), les difficultés se font ressentir en 1963 avec une chute de l’effectif à 588 employés.

En 1968, un incendie va alors détruire une partie du site de Lunéville. La production sera alors transférée à Saint-Clément.

Aujourd’hui, la faïencerie détenue par le groupe Fenal connaît quelques difficultés. Les collections ont quelques peu de mal à s’adapter aux tendances modernes, et la transformation digitale ne semble pas être entamée, malgré la présence se leur boutique en ligne.

Fort de son histoire et de son savoir-faire unique, la manufacture peut compter sur ses artisans pour nous proposer toujours des produits d’une grande qualité.

savoir-faire-luneville
PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE 👏
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
%d blogueurs aiment cette page :