musee-verrerie-portieux

VISITE DE LA VERRERIE DE PORTIEUX

Créée en 1705 pour la table et le plaisir du Duc Léopold de Lorraine, le cristal de Portieux est réputé dans le monde entier dès 1872, elle emploie à ce moment là 800 personnes pour une production journalière d'environ 38 000 pièces.

À la fin du XIX siècle, dans les oeuvres des impressionnistes Cézanne, Fantin-la-Tour, Manet, Monet, Degas, apparaissent des verres absinthes, des brocs et des vases dont les lignes évoquent certaines pièces en cristal de Portieux.

En 1989, sous la pyramide du Louvres, les chefs des septs Etats les plus industrialisés du monde ont le plaisir d’utiliser une collection de verres de la cristallerie de Portieux, décorés par Wilmotte.

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE 👏
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Musee-portieux

En 1994, passion, savoir-faire, technologie et créativité s’associent pour le plaisir des connaisseurs.

Faite main, soufflé bouche, chaque pièce est soigneusement transformée par 7 ouvriers, façonnée avec amour, elle est ensuite contrôlée avec une rigueur toute contemporaine.

Toutes ses oeuvres rééditées, et bien d’autres encore sont des fleurons de la cristallerie de Portieux. À table, tout commence par un certain raffinement … Arabesques raffinées et délicates du XVIIIe siècle, éclat et luminosité du cristal pur, la collection Dauphin a été entièrement réalisée dans la plus haute tradition de la cristallerie de Portieux.

candelabre en cristal de portieux

La composition du cristal de Portieux :

Le cristal, à la différence du verre contient du plomb. C’est cet ingrédient mystère, découvert pour la première fois par Georges Ravenscroft, verrier Anglais du XVIIe siècle, qui va permettre d’obtenir une clarté absolue, mais aussi une facilité lors de son façonnage.

La découverte du cristal en France se sera bien plus tard, par la cristallerie Saint-Louis. En 1781, la manufacture Saint-Louis sera la première à mettre au point le cristal au plomb en Europe continentale. 

Voici la recette du vrai cristal : 

53% de sable et silice, 20,4% d’alcali, soude et potasse, 24% de plomb, et 2,6% de fondant, oxyde et décolorant. Température de fusion de 1490°C, température de travail de 1150°C.

La qualité du cristal dépend en grande partie du la teneur en plomb, mais aussi de la qualité du savoir-faire des verriers.

À portieux, le cristal contient 24% de plomb, moins que les illustres cristalleries française comme Baccarat, Lalique ou encore Saint-Louis.

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE 👏
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
%d blogueurs aiment cette page :